Tempus Fugit

Publié le par les gobelins

Le temps, le temps, le temps et rien d'ôôôtre

 le tien, le mien celui qu'on veut nôôôtre

 

Oups, pardon je n'avais pas vu qu'on m'écoutait. Et bien oui je fredonne, en pensée, au lieu de coudre. Car c'est bien de temps dont il est question. Je n'en ai plus ou peu et celui qui me reste n'est qu'un lambeau rabougri qui ne sert qu'à dormir et me sustenter. Du temps vital, pour le loisir on repassera.

 

Mais où peuvent bien passer mes vingt quatre heures. Quotidiennement huit sont offertes aux dieux Sal'air pour qu'il ne m'oublie pas dans ses largesses, une à la déesse Cantine, huit au dieu polochon, et trois à l'infernal Transport.

 

Vous me direz il reste quatre heures. On peut en coudre des choses durant un tel laps de temps. Mais vous oubliez les divinités mineures: Lever, Douche, Cuisine, Courses, Paperasse et j'en passe. Et les trois dernières heures de la journée ont tellement été malmenées par le cruel Transport, que généralement elles ne servent pas à grand chose de créatif, cerveau étant bien trop accablé par sa récente lutte.

 

Voilà qui me donne l'occasion de vous parler de Transport. Tel Cerbère il garde l'entrée du temple de Sal'air, qui veut faire offrande à ce dernier se doit de payer son obole à Transport. Et vous pouvez me croire, comparé à la voracité de ce démon, le passage du Styx est une promenade.

 

gare.jpg

crédit photo: web, auteur inconnu

 

Il dévore tout ce qu'il peut vous prendre. Votre jeunesse. Les visages des Transiliens du RER, sont creusés de rides profondes d'où ne coule qu'une insondable lassitude. La même sans doute qui s'accroche à vos cernes violâtres. Votre vitalité ensuite. Les têtes dodelinent au rythme des secousses, les mâchoires s'étirent et les yeux se ferment. L'élégante inconsciente chute de son piédestal de femme à la page et un filet de bave perle au coin de ses lèvres. Car voyez vous Transport aime aussi croquer dans votre dignité. La fatigue vous ôtera votre maintien, les grèves votre réserve, et la trame se transforme rapidement en une pathétique arche de Noé où hyènes, vipères, crotales et autre ovins ou bovins s'entredéchirent.

 

 

Je n'aime pas Transport. Vendredi 13 mai au soir je n'aurai pu à lui sacrifier mon temps.

Vendredi 13 mai...jour de chance.

Commenter cet article

eliane 11/05/2011 16:43


qu'entends je ? qu'ouïs je ? On a oser s'en prendre à ma gobeline préférée ? Mais c'est quoi ces malades ? Qu'on me les amène que je les éparpille !! Ca va ma gatoune ?
Vivement vendredi :) :)en plus c'est le 13...prédestiné non ?


les gobelins 04/05/2011 10:13


héhé, on arrive on arrive, bon que pour des vacances d'abord mais c'est déjà ça: on devrait être sur Toulouse à partir du samedi 21 mai et ce pour 4 à 5 jours :0)
....
On en a beaucoup parlé hier,ah oui parcequ'au passage hier matin une bovine a été prise de folie passagère et s'est imaginée m'étrangler avec ma propre écharpe...une journée comme une autre en IDF!
Donc je pestais tout ce que je pouvais sur l'IDF avec moult larmes aussi parceque la bovine elle m'avait quand même atteint dans ma dignité, ...en fait il faut arrêter les transports et pis quand
j'aurai ma multinationale intergalactique je pourrai venir passer du temps avec les coûpines!


Liette 03/05/2011 21:47


Ah là là, la métropole parisienne... Depuis le début on te dit que c'est pas une bonne idée !! Le soleil (d'octobre) il est tout enfoui sous les nuages là haut, il peut pas briller comme dans le
Sud !! Reviens ! Et nous sors pas l'excuse du Chef Gob, ch'uis sûre qu'il serait bien à peaufiner son bronzage par chez nous...!


elemm 02/05/2011 15:52


Oooohh, mais si tu veux des vacanes avant juillet, ma porte t'est graaaaaaaaaaande ouverte, enfin celle de mon chéri plutôt puisque j'y squatte quasi-officiellement (je sous-loue mon appart jusqu'à
fin juin et je le renderai après notre semaine de foliiiiiiiie!! ;)), viendez donc, ton homme et toi êtes les bienvenus pour un weekend ou une semaine de farniente, saucisson, fromage, soleil et
détente (euh, avec la salade ça marche aussi ^^)!!


les gobelins 02/05/2011 14:07


C'est vrai! ce n'est pas très noble de se plaindre, grâce à mon travail je n'ai pas (trop) de problème d'argent, et si l'abondance est un ruisseau et pas une rivière, elle compense quand même les
efforts fournis!

MAIS, car il y a un mais, je ne sacrifierai plus mon amour propre, ma santé, et mon bien être pour un salaire! S'il n'y avait pas le Chef Gob, il y a longtemps que j'aurai mis les voiles de ce
panthéon carnivore qu'est l'Ile de France.

Patience ma belle le boulot viendra, mais mieux vaux l'attendre au soleil avec les embruns à 15 mn, que sous la grisaille et les gaz d'échappement!

besoin de vacances moi!